Follow
Vous êtes ici : Accueil » NieR: Automata » NieR: Automata Test de NieR: Automata sur PS4

NieR: Automata Test de NieR: Automata sur PS4

Créés par Yoko Taro, NieR et Drakengard font partis de ces franchises de niche qui posent la question : est-ce qu’un jeu doit être beau pour être bon? En effet, bien que les précédents opus furent en retard d’un point de vue technique, ces derniers ont réussi à se hisser dans le club très fermé des jeux mythiques notamment grâce à un scénario à plusieurs niveaux de lecture et une OST unique.

Aujourd’hui, Yoko Taro s’allie avec PlatinumGames qui a déjà fait ses preuves avec Bayonetta, pour nous proposer un NieR : Automata qui en une démo a suscité l’engouement de tous les joueurs !

2B continued.

Dans NieR : Automata, l’histoire prend place en l’an 11 945 où la race humaine est au bord de l’extinction suite à une invasion extra-terrestre et son armée de robot. L’humanité a dû survivre en s’exilant sur la Lune. Malgré la situation plus que dramatique,l’organisation YohRa n’a pas perdu espoir et mène des raids grâce à son armée d’androïde afin de reprendre possession de la planète bleue.

L’histoire commence donc par l’envoi d’un escadron où vous êtes sous les traits de 2B. Malheureusement, le raid tourne mal et votre unité se retrouve décimée. 9S, un androïde de l’unité de reconnaissance, le second protagoniste, sera votre principal soutien dans cette aventure. Notamment grâce à ses compétences de piratage.

Une fois cette mésaventure passée, vous allez découvrir la première poche de résistance dans les ruines de la civilisation. Vous leur offrirez votre aide et lèverez différents mystères autour des machines qui semblent agir bizarrement, mais aussi partirez à la trace de A2, une unité renégat.

A la vue de ce “résumé”; vous comprendrez sans doute que l’histoire de NieR : Automata est très complexe. Cette dernière possède plusieurs niveaux de lecture, de points de vue selon le personnage qui va la vivre. De plus, il n’existe pas une fin unique à NieR : Automata mais 26 fins, de quoi donner un réel intérêt au mode New Game +

L’histoire s’inscrit dans la trame de Drakengard, mais les néophytes (comme votre serviteur) ne seront pas déboussolés. Certes, des références risquent de vous échapper, mais cela ne gâchera en rien l’immersion.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

2B or not 2B

Le prologue est l’occasion de découvrir en se prenant littéralement toutes les phases de gameplay possibles à la figure. NieR : Automata propose plusieurs angles de vue en fonction de la situation, généralement à la troisième personne pour l’exploration. Vous aurez des séquences en vue 2D pour éviter les pièges de l’environnement (comme éviter de se faire écraser par une presse), mais aussi des phases en top view (vue à vol d’oiseau), notamment lorsque vous êtes entouré par l’ennemi.

De plus, NieR : Automata offre un mélange de gameplay avec des phases de combats combos corps à corps et martelant de petit dps avec le pod comme chez Devil May Cry ou encore chez la franchise à succès de PlatinumGames: Bayonetta. Mais aussi des phases Shoot’Em Up lors des phases de jeu en mode méca, mais aussi pour les mécanismes de combat de vos ennemis.

Ce mélange a de quoi désorienter les débutants, mais une fois les premières heures passées, ces variations de gameplay sont un bon moyen de couper à la monotonie des combats mais surtout offrir des combats nerveux contre les boss. De plus, les phases de piratage font office de mini-jeux. Cependant, une fois les mécanismes maîtrisés, les séquences de combats risques d’être répétitives, sentiment qui s’accentue par le bestiaire très peu varié ainsi que les nombreux aller-retour dans les mêmes zones.

Originalité du créateur, la personnalisation de HUD est originale. En effet, alors que l’HUD apparaît habituellement comme par magie, Yoko Taro a eu la bonne idée de permettre au joueur de modder à sa guide l’”OS” de votre personnage via des puces que ce soit pour afficher les dégâts, voir votre barre d’expérience, augmenter vos caractéristiques, ou encore ne rien faire tout simplement.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Born 2B alive

Il faut l’avouer, NieR : Automata comme pour les précédents opus de la franchise est un peu en retard techniquement parlant. Le parti pris de privilégier la fluidité (60fps) aux détails des environnements déjà très peu variés en est le parfait exemple. Quand on regarde son concurrent direct Horizon Zero Dawn, nous avons l’impression que NieR : Automata a le syndrome de The Last Guardian et qu’il fut prévu pour la génération de console précédente (PS3). Bien qu’il s’agisse d’un choix artistique, le choix de la colorimétrie dénature un peu trop les environnements et peut renforcer ce sentiment.

Ces petits défauts qui mis bout à bout auraient pu gâcher notre expérience sont presque balayés d’un revers de la main notamment par la narration bien menée, poétique voir philosophique par moment (on peut y trouver écho avec Ghost in the Shell).

Le fait que 9S ne soit pas un simple sidekick, la relation entre 2B et 9S est extrêmement bien travaillée. 9S n’est pas un faire valoir et leurs échanges alimentent encore plus l’intrigue et apportent de réelles réflexions. Un duo qui va sûrement marquer l’histoire du jeu vidéo.

Mais ce qui fait la force de NieR : Automata, c’est sa bande-son magnifiquement orchestrée par Keigo Hoashi et Okabe Keiichi (à qui nous devons aussi la bande-son de NieR en 2010). Les chœurs, les instruments sont en parfaite adéquation avec les évènements que vont vivre les protagonistes mais surtout, ils vont sublimer les moments chargés en émotion ! A elle seule, la bande-son de NieR : Automata devrait s’inscrire au panthéon des OST et devrait avoir droit à son orchestre live.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Conclusion

Vous l’aurez compris, NieR : Automata fait partit des jeux qui même s’ils ne sont pas parfaits, auront marqué l’histoire du jeu vidéo ou du moins, notre vie de joueur. A défaut de proposer un jeu utilisant pleinement les capacités de la PS4, Square Enix, PlatinumGames et Yoko Taro réussissent le défis de proposer une expérience inoubliable, fascinante et exceptionnelle que ce soit par la narration, par l’histoire de ses protagonistes, mais aussi par sa réflexion sur l’humanité. Honnêtement, n’est-ce pas la recette d’un “bon” jeu?

Good
  • La bande son
  • Le niveau de lecture de la narration
  • La durée de vie
  • Les protagonistes attachants
  • Un gameplay varié
  • Alternance des points de vue
  • Le New Game +, utile et indispensable
Bad
  • Peut mieux faire techniquement
  • Les quêtes annexes pas folichonnes
  • Un monde “ouvert” mais assez vide
  • La colorimétrie un peu trop désaturée par moment
8
Génial

Lost Password

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.