Vous êtes ici : Accueil » Test de Dynasty Warriors 9 : Un nouveau Musou est là

Test de Dynasty Warriors 9 : Un nouveau Musou est là


Voilà maintenant plus de 20 ans que le premier Dynasty Warriors est sortit. Aujourd’hui, Koei Tecmo remet le couvercle une énième fois avec le neuvième épisode de la série (espérons qu’il soit le dernier).

Connu pour être l’un des principaux créateurs du genre Musou, Koei Tecmo a gagné une énorme popularité ces dernières années et tout cela à cause d’un nombre incontestable de jeu développé dans le genre Musou, mais aussi grâce aux nombreuses plates-formes qui accueillent ce genre.

Ironiquement, la série principale qui a commencé avec ce genre est Dynasty Warriors, mais elle n’a pas reçu le même éloge et l’attention que ses autres homologues. Premier du nom sortit en 1997 sur PlayStation, nous sommes aujourd’hui arrivé sur l’épisode 9 de la série.

Nous allons donc découvrir ce que vaut ce fameux Dynasty Warriors 9.

Rentrons dans Les Trois Royaumes dans la Chine ancienne

Fidèle à ses prédécesseurs, Dynasty Warriors 9 nous amène dans une prémisse basée sur le roman historique Les Trois Royaumes dans la Chine ancienne, juste à l’époque où le pays était dans une guerre entre les royaumes qui finira par une unification de la nation. Encore une fois, le jeu nous permet de prendre le contrôle de certains des personnages clés Wei, Wu, Shu et Jin, ainsi que de divers guerriers (historiques et fictifs) qui ont participé au conflit.

L’intrigue des jeux de la série a toujours été caractérisée comme étant profonde, même si parfois elle est un peu exagérée comme par exemple dans le gameplay qui se fixe principalement sur l’action.
Cependant, malgré des efforts dans le gameplay, cette même combinaison est quelque chose qui pour le meilleur ou pour le pire, a fini par rendre la série complexe et malheureusement cet épisode n’en fait pas l’exception.

Concernant Dynasty Warriors, l’histoire n’est pas très complexe du tout, mais elle peut devenir difficile à suivre en raison de l’énorme quantité de termes, références, personnages et événements qui sont mentionnés et qui, s’ils ne sont pas pris en compte, peuvent prêter à confusion. De plus, comme vous le savez, le jeux contient un peu plus de 80 guerrieurs ce qui veut dire un point de vue différent pour chacun et cela devient répétitif et inutilement long.
Certes, ceux qui ont déjà joué à certains des précédents opus de la série comprendront plus facilement tout ce qui s’y passe, mais si ce n’est pas le cas, vous risquez de vous perdre.

Comme toujours la campagne principale est structurée par chapitres et par personnages, ce qui permet au jeu d’atteindre plus de 100 heures si vous comptez le terminer avec chacun de ses personnages.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un ajout de masse « ou pas » pour l’open world

Concernant le gameplay, la principale nouveauté dans ce nouvel opus offerte par Dynasty Warriors 9 est son monde ouvert. Pour la première fois au sein de la franchise, le jeu se déroule sur une immense carte que nous pouvons explorer nous-mêmes pratiquement depuis le début et non dans des cartes fermées comme nous avons pu le connaître depuis le début cette série.
Bien sûr, l’endroit où nous avons commencé et les régions que nous devons explorer varieront en fonction de la dynastie avec laquelle nous nous trouvons.

Le monde du jeu est immense à tel point qu’il vous faudra plus de deux ou trois heures pour voyager d’un bout à l’autre à cheval.

Il est vraiment intéressant de voir ce que l’équipe de développement à fait avec le jeu en recréant la région de l’ancienne Chine Impériale et tous les éléments qui lui son propre (environnements et écosystèmes respectifs qui sont parfois peu nombreux, mais suffisants).

Malheureusement, ce grand design est taché par un vide absolu (énorme) que l’on retrouve dans le monde du jeu.

Dans Dynastie Warriors 9, la Chine que nous explorons ici n’a presque rien à offrir et les quelques éléments qu’elle a et qui cherchent à donner un peu de vie sont très basiques et insuffisants.

Nous pouvons retrouver quelques interactions à certains endroits limités comme des postes de gardes et camps de surveillance, des petits villages ou maisons de thé que nous pouvons acquérir.
Il y a aussi d’énormes villes un peu partout dans la région, mais comme l’environnement du jeu, elles sont ironiquement vides et ne possèdent que quelques éléments à interagir, des magasins pour faire du shopping et des gens à qui parler.

Le jeu possède également un système dynamique pour le climat et une progression pour le jeu jour/nuit qui permet de rendre le monde et son écosystème plus vivant et plus varié qui progresse avec le passage du temps. Mais tout comme l’ensemble de la carte elle-même, ces éléments sont trop basiques et finissent par ressembler plus à un simple élément esthétique qu’à quelque chose qui peut influencer notre façon d’agir et de progresser.

On ne niera pas que, lorsque nous avons vu le monde pour la première fois, nous avons été impressionné et surpris par sa taille, son monde ouvert et combien il devait être fidèle à l’époque historique. Cependant, cette surprise s’estompa rapidement quand nous avons réalisé à quel point c’était aride et à quel point les paysages pouvaient devenir répétitifs quand notre héros se balade sur sa monture.
Un système de déplacement rapide est mis en place pour se déplacer entre les villes et les points clés, ce qui rend le voyage moins fastidieux.

Il est également possible de profiter de quelques activités telles que la chasse ou la pêche, collecter des matériaux et même acheter des propriétés que nous pouvons personnaliser. Comme toujours malheureusement, il s’agit d’endroits rares et vraiment simples. Il ne s’agit pas ici de choses pour compléter l’expérience, mais des éléments qui cherchent à donner une identité à un monde qui, en soi, est vide de vie.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans le jeu comme dans les autres Dynasty Warriors, vous progressez dans l’histoire et à travers des missions. Celles-ci nous permettent de faire face à des hordes d’ennemis et de guerriers sauvages à la fois situés sur les champs de batailles et dans les grandes villes. De la même manière, nous avons des missions secondaires qui, bien qu’elles ne soient pas indispensables pour avancer, peuvent avoir un lien avec les missions principales.

Concernant le dernier point qui est l’un des plus intéressants dans le jeu, il s’agit des éléments de RPG. Dans Dynasty Warriors 9 comme dans tout bon jeu d’action avec des éléments RPG, les missions principales demanderont un certain niveau d’expérience pour pouvoir les faire. Vous y rencontrerez parfois des boss simples à combattre et, au contraire, certains vous donneront du fil à retordre. Vous devrez donc survivre !

Cependant, les missions secondaire liées à certaines missions principales ou autre missions alternives, peuvent être affectées par une réduction ou augmentation de niveaux suivant les missions que nous avons déjà accomplis dernièrement.

Cette structure est idéale pour le jeu car elle le rend non seulement plus dynamique mais donne aussi plus de sens au monde. Chacunes des missions que nous effectuons a un impact sur le déroulement de la guerre et sur le comportement des armées ennemies.

Vous trouverez peut être cette façon de jouer simple au début car la progression sera rapide. Cependant au fur et à mesure que vous progressez, vos actions influencent ce qui se passe sur le champ de bataille et sur la progression de l’ennemi, ce qui apportera une difficulté plus importante.

Ce qui est très agréable, c’est l’effet de surprise concernant les combats au début du jeu qui semble être simple. Mais au fur et à mesure de votre progression dans le jeu, celui-ci s’adaptera et deviendra plus difficile.

Le gameplay du Musou

Pour le gameplay, nous sommes en présence d’un musou. Mais cet épisode se veut être une nouveauté exemplaire en termes de monde et d’exploration.

Et puisque nous parlons du gameplay, il faut tout de même mentionner qu’il y a aussi quelques changements notables dans les contrôles par rapport aux anciens.
Le système de combat que vous connaissez surement avec des touches pour chaque type d’attaques (coups de poing communs, coups de poing forts et attaques spéciales) est agrémenté par un contenu en plus.

Un nouveau système appelé State Combo System qui nous permet essentiellement de générer de multiples combos a été renouvelé. Les attaques changent en fonction de l’état de l’ennemi et l’action, permettant aux joueurs de profiter du terrain et de l’environnement
Le nouveau State Combo System permet une grande variété d’attaques :

  • Flow Attacks : attaques qui lorsque vous commencerez à attaquer une troupe d’ennemis, cela modifiera l’état de l’ennemi par exemple.
  • Trigger Attacks : attaques puissantes qui changent l’état d’un ennemi. Ces attaques peuvent également être enchaînées dans un combo.
  • Reactive Attacks : attaques qui changent en fonction de la situation entre le joueur et l’ennemi, et permettent aux joueurs de créer des situations favorables. (Contre-attaque, Dash Attack, Smash Attack, Attaque d’assaut, etc.)
  • Attack Special : attaque spéciale qui est exclusive à chacun des 90 personnages jouables dans ce jeu.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bien que basique, ce système d’attaques rend le jeu un peu plus technique et stratégique. Cela n’est certes pas grand-chose, mais il offre une certaine fraîcheur à un système de contrôle qui se sentait un peu stagnant par rapport au précédent opus.

En complément du champs de bataille et des attaques, il y a aussi la section de modification et de création d’objets, d’armes et surtout de pierres précieuses. Ces derniers sont forgés comme n’importe quel autre objet et peuvent être incorporés dans les armes, leur conférant divers effets et affinités élémentaires qui, à leur tour, peuvent influencer à la fois le système de combos et les attaques de base.

Concernant les personnages, ils pourront monter de niveaux et pourront acquérir des points qui seront utilisés pour améliorer plusieurs sections et débloquer de nouvelles compétences.
Cependant, le jeu en lui même est très intéressant mais presque tous les guerriers qui sont manipulés donnent une impression de même chose, car pratiquement tout le monde peut utiliser presque n’importe quel type d’arme. Cela pénalise énormément le jeu étant donné les grandes possibilités que nous avons sur le choix des personnages et des scénarios.

Graphiquement parlant euh…

Concernant les graphismes, le jeu est visuellement beau. Cependant nous avons effectuer le test sur Xbox One et là se fut la déception totale. Visuellement, il est « beau » mais certains détails choquent comme les ombres qui sont pixelisées et on a l’impression de revenir sur un jeu comme Myst. Cependant sur d’autres consoles comme la PS4 et les consoles PS4 Pro et Xbox One X, le jeu est plus beau.

Dans l’ensemble, le jeu est superbe mais pas surprenant. L’ampleur et le design de la carte peuvent être étonnants au début, mais plus vous progresserez dans la campagne et l’explorerez, plus vous remarquerez que le jeu est répétitif en terme d’environnement. La distance d’affichage qui est très pauvre et limitée donne des apparitions soudaines d’éléments tels que des ennemis ou des postes de garde et parfois des chutes de framerates.

Le domaine visuel qui peut-être mis en avant malgré des soucis d’expression ou de visages serait celui des personnages. Tous les guerriers que je contrôlais et les personnages que je rencontrais avaient une apparence incroyable et très détaillée, même dans leurs actions.

Concernant la musique du jeu, Koei Tecmo réussi une fois de plus à transmettre la sensation et l’immersion dans la Chine traditionnelle avec une bande-son qui combine des mélodies traditionnelles chinoises et des mélodies plus rythmées au moment des combats. Tous transmettent de manière adéquate les sensations et l’immersion qu’ils cherchent à capturer ainsi que la personnalité du monde et le gameplay.

Conclusion

Il y a beaucoup de contenu dans Dynasty Warriors 9 et le jeu accomplit sa tâche en donnant à la série une certaines fraîcheur avec divers nouveautés comme le monde ouvert et State Combo System.
L’inclusion d’un monde ouvert est un aspect qui convient vraiment au jeu car il parvient à modifier l’expérience offerte par la série et qui après 9 épisodes commençait à être vieillot.
Mais comme chaque première expérience et tentative, le jeu de Koei Tecmo n’est pas parfait et est entaché par des fautes qui peuvent être corrigées avec des mises à jour qui ne sont pas encore là.
Nous pensons principalement à une carte étendue mais relativement vide, une petite variété d’activités et de missions et un récit qui s’étend inutilement.
Pour vous dire la vérité, bien que le jeu ait des échecs notables comme des animations assez raides, les changements qui ont était apportés sont suffisants pour lui apporter une moyenne raisonnable. Cependant, un soucis d’optimisation sur certaines consoles n’est pas excusable comme sur Xbox One où l’exécution est atroce à certains endroits avec des chutes de framerates, pixellisation, etc…
Le jeu propose des expérimentations comme l’open world et des idées qui seront, j’en suis sûr, améliorées pour le dixième opus de la serie.
Dynasty Warriors 9 a des idées solides. Nous espérons qu’ils continueront à améliorer et à embellir le genre avec des prises de risques qui seront plus abouties la prochaine fois.

Good
  • Open World
  • Les différentes attaques State Combo System
  • Visuellement beau sur certains détails
Bad
  • Baisse de Framerate
  • Actions répétitives
  • Monde vide
  • Optimisation à revoir
5.5
Moyen
Written by
Grand passionné de jeux vidéo en général (old school, next gen) et de GSM Chinois. Salut à tous

Leave a Reply

Lost Password

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.