Vous êtes ici : Accueil » Test de Soundart : Une histoire de rythme

Test de Soundart : Une histoire de rythme

Nous venant du studio indépendant Mercury Studio et sorti le 2 avril 2020, Soundart est un jeu de rythme en réalité virtuelle basé sur des percussions dont le but est de vous transformer en ‘’Artiste ‘’ en vous permettant d’unir danse et musique.

Compatible avec l’HTC Vive et l’Oculus Rift sans oublier les casques Windows Mixed Reality, il vous sera facile de vous le procurer depuis Steam pour le prix de 16,79€.

Étant donné la nature du jeu, nous nous concentrerons autour du gameplay et des possibilités que nous offre Soundart par rapport à la concurrence notamment Beat Saber.

Des percussions à la danse

Comme vous pouvez l’observer depuis la capture de jeu ci-dessus, Soundart se joue grâce à deux objets de type baguette (ou d’autres formes, la limite étant donnée par un marqueur visuel) qu’il vous faudra utiliser comme outils afin de frapper les pétales géants au moment où des cubes arriveront au même niveau que ceux-ci.

Bien sûr, quelques variantes existent dans le gameplay telles que :

  • Une suite de cubes oranges où il vous faudra agiter les pétales de la même direction.
  • Une suite de cubes commençant par un cube bleu où il vous faudra suivre la série en faisant un geste qui retrace le mouvement, il ne sera pas obligatoire de jouer chaque note mais surtout de les suivre avec votre baguette.
  • Deux cubes arrivant simultanément et reliés par une ligne de couleur vive qui devront être joués en même temps comme des notes blanches classiques.
  • Finalement, vous aurez un cercle composé de cubes blancs où il vous faudra pointer avec un mouvement de baguette le centre de la fleur (donc du cercle) et simuler une poussée pour marquer la note.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une fois bien échauffé sur un tutoriel clair et précis, vous pourrez alors vous lancer dans le jeu en sélectionnant une musique de votre propre bibliothèque ou bien opter pour une des différentes musiques mises à disposition.

Pour chaque musique, une série de menus apparaît et vous permet de sélectionner une difficulté, d’activer ou non le mode danse puis vous voilà lancé.

Le mode danse est plutôt destiné aux vidéastes et streamers (doués ou non) et vous laissera à plusieurs reprises en jeu des moments sans note où vous montrerez votre talent et ainsi épater vos spectateurs.

Une fois lancé, vous aurez donc soit une beatmap (partition de jeu) générée automatiquement dans le cas d’une musique de votre bibliothèque ou bien une beatmap prédéfinie qui sera toujours la même en fonction de la musique et de la difficulté sélectionnées.

Finalement, vous aurez un score à titre nominatif qui représente votre niveau de jeu et diverses informations comme le nombre de notes jouées, le nombre de notes manquées, la distance parcourue par vos bras en mètres et les potentielles calories brûlées (qui est une estimation bien sûr).

Même si il est impossible de perdre en jouant (pas de mort due à quelques échecs) et que chaque note peut être jouée de façon ambidextre, votre score sera automatiquement soumis au jeu (uniquement pour les musiques mises à disposition) et vous obtiendrez un classement à titre indicatif de votre performance.

Intuitif mais pas parfait, Soundart mettra vos réflexes et votre dextérité à rude épreuve et ce, même en difficulté normale. Il vous faudra certainement un temps d’adaptation visuel et physique pour commencer à jouer dans des difficultés plus élevées.

Des formes simples mais pas toujours lisibles


Soundart reprend plusieurs principes visuels empruntés tant à Guitar Hero qu’à Beat Saber, l’adaptation en VR en plus pour le second.

Un tunnel pour ce qui est de la piste de jeu et des pétales de fleurs qui se colorent en fonction de la musique et qui donne un aspect visuel très dynamique.

La plateforme de jeu est très petite et nous fait comprendre qu’il n’est pas nécessaire de se déplacer pendant le gameplay même si Soundart nous pousse à la danse.

L’arrière-plan est simple et remplit bien son rôle même si certaines options de lieux rendent le jeu moins lisible car les notes sont blanches et se fondent dans le décor malgré les différents effets visuels.

Finalement, une des seules choses négatives qui nous a sauté aux yeux lors de nos premières séances de jeu sont « les baisses de fréquence d’image » lors de scènes un peu animées comme lorsqu’il y a pas mal de notes ou des combos ‘’trust ‘’ et ce, même en possédant une carte graphique haut de gamme (ici pour le test une GTX 1080 TI Strix OC de chez Asus). Une solution notable est de baisser la qualité du jeu ou bien certains paramètres du mode miroir.

En effet, on peut observer le joueur depuis l’écran principal de l’ordinateur et utiliser des menus contextuels pour aider ce dernier à sélectionner soit une musique, soit l’organisation des points de vue durant une partie tel une vraie régie. Nous pouvons voir les détails à l’attention de nos amis vidéastes et streamers qui nous ont pas mal surpris par leur accessibilité (les commandes étant expliquées durant le tutoriel du joueur).

En termes de musique, vous serez aussi satisfaits par la possibilité de choisir vos propres titres ou bien de choisir dans la large sélection proposée (il y en a pour tous les goûts).

Un vrai plus comparé à Beat Saber qui essaie de cantonner ses joueurs à se procurer des pistes téléchargeables en DLC ce qui revient vite très cher et nous fait relativiser sur l’investissement que représente le jeu : 30 € pour Beat Saber contre 16,79 € pour Soundart.

Finalement une œuvre d’art ?

Mercury Studio nous a agréablement surpris avec Soundart, un jeu aux principes simples mais très efficaces. Ce jeu de rythme, même si peu compréhensible de prime abord, est vraiment fait pour les débutants et les joueurs occasionnels.

Avec pour concurrence Beat Saber, il se démarque par la création automatique de Beatmap ce qui permet de jouer aux musiques de son propre répertoire en plus de se satisfaire d’apporter une certaine quantité de musiques.

La personnalisation des outils et de l’avatar en plus du système de régie mis en place sont un vrai plus pour ce qui est des vidéastes et des streamers qui pourront alors personnaliser le jeu à leur manière afin de réaliser un contenu unique.

Malgré tout cela, le manque de lisibilité sur certains modes de terrain nous a déçu même si il peut être corrigé en sélectionnant tout simplement un autre environnement contrairement à la qualité du jeu qui va devoir être revue à la baisse pour ce qui est des limites graphiques (baisse d’images par seconde)

Pour nous, Soundart est une agréable découverte incluant des fonctionnalités de façon native que certains jeux comme Beat Saber qui met du temps à mettre en place vos choix. Nous recommanderons avec un grand plaisir Soundart à des amateurs de jeux de rythme et reste cependant très accessible à des vidéastes voulant trouver une alternative aux jeux en vogue dernièrement.

Good
  • Accessible malgré la difficulté
  • Personnalisation de l’avatar et des outils
  • De grandes possibilités pour les vidéastes et streamers
Bad
  • Quelques environnements peu lisibles
  • Un menu d’options un peu mal organisé
  • Un peu gourmand en haute qualité
8
Génial
Written by
Salut, je suis Théo. Je travaille au poste de rédacteur/testeur au sein de la G9. Je suis le plus discret du groupe, celui qui travaille dans l’ombre quand je me décide à travailler ! Côté jeux vidéos, je joue surtout sur PC sur des jeux compétitifs comme HearthStone ou CS:GO.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lost Password

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.