Vous êtes ici : Accueil » Test de Psikyo Shooting Stars Bravo : Concentré d’incontournables

Test de Psikyo Shooting Stars Bravo : Concentré d’incontournables

Psikyo Shooting Stars Bravo

Depuis le succès fulgurant du légendaire Space invaders qui créa un genre qu’on appellera « Shoot’em up » ou « Shooter« , de nombreux éditeurs tentèrent au fil des années de sortir leurs propres jeux, certains étant devenus aujourd’hui légendaires (la série des 194X, R-type et Thunderforce entre autres). Au milieu des années 90, le genre semble finalement arrivé à bout de souffle et la plupart des éditeurs délaissent ces titres pensant en avoir fait le tour. Seuls quelques développeurs tentent encore l’expérience dont CAVE qui redéfinira le genre avec son « Donpachi » et ses centaines de boules colorées à éviter.

Autre éditeur spécialisé dans le genre, PSIKYO offrira de nombreux jeux de qualité jusqu’à sa fermeture en 2002 et, justement aujourd’hui, l’éditeur City Connection décide de nous proposer deux compilations des plus belles heures du développeur : Psikyo Shooting Star Alpha et Bravo, et c’est sur ce second titre que nous allons nous pencher aujourd’hui.

Une compilation « japonisante »

Si Alpha la première compilation faisait la part belle aux univers modernes ou médiévaux avec notamment la série des « Strikers », celle-ci estampillée Bravo délaisse ces thèmes pour nous plonger dans des univers type asiatique/fantastique peuplés de samouraïs volants et autres ninjas partant au secours de belles princesses en kimono ou autres objets magiques à travers 6 titres : les 2 épisodes de la série des « Gunbird« , les 3 épisodes de celle des « Samurai Aces » et enfin « Gunbarich » qui vient compléter cette compilation.

Cependant, malgré les qualités de chaque jeu, cette compilation ne contient aucune sorte de bonus comme des artworks ou autres plus value.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

3 franchises, trois gameplays

Au jeu des différences, nous pouvons aussi noter une plus grande diversité de gameplay dans ce second épisode qui, contrairement au premier à l’exception de « Sol Divide« , ne nous proposait que des shootings horizontaux. Ici, chaque franchise se joue très différemment.

Les « Gunbird » sont des shooters horizontaux des plus classiques avec un système de doubles tirs et des bombes aux commandes des ninjas munis d’ailes et tout un tas d’ennemis à détruire dans la plus pure tradition des « Maniac Shooters« .

Les « Samurai Aces« , quant à eux, sont une série de shooters verticaux où nous prenons le contrôle d’un samouraï volant parti détruire des centaines d’ennemis.

« Gunbarich », lui, fait figure d’OVNI avec une sorte de mélange entre un shoot’em up et un casse-briques ce qui le rend très original avec ses affrontements de boss et son univers déjanté au style cartoon.

Autre point important inhérent a ce genre de jeu : la difficulté. Il est vrai que les shoot’em up de type « Danmaku » (Littéralement traduit par pluie de balles où la majeure partie de l’écran est couverte par les tirs ennemis) sont généralement réservés à une clientèle de fans invétérés désireuse de faire monter le highscore toujours plus haut. Cependant, cette compilation ne propose pas moins de 7 niveaux de difficulté (dont le premier se destine aux … singes). De quoi commencer en douceur pour les néophytes sans non plus tomber dans la trop grande facilité d’options que la plupart des compilations actuelles possèdent comme la sauvegarde rapide ou le rembobinage. Bref, la fin du jeu se mérite.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Des graphismes sympa … pour les années 2000

Il faut avouer que chaque jeu (à l’exemption peut-être de Gunbarish) a pris un méchant coup de vieux et certains niveaux font un peu bouillies de pixels même avec un design généralement réussi.

De plus, un autre problème vient du fait que ce sont tous des jeux venant de l’arcade donc avec une résolution particulière rendant la majeure partie de l’écran inutile, le problème peut cependant être contourné en mode tablette puisqu’il est possible de tourner l’écran afin de profiter de sensations proches de la monture d’origine.

La musique, quant à elle, est entraînante sur tous les jeux et colle bien à chaque titre avec des sons principalement dérivés des musiques traditionnelles asiatiques.

Quant à la durée de vie, il est impossible de réellement se prononcer étant donné que le jeu durera le temps que les joueurs voudront lui consacrer, juste finir les jeux ne prendra qu’à peine 1 heure par titre, mais réussir a vaincre chaque jeu en difficile ajoutera au moins un ou deux zéros a ce chiffre.

En Bref

À qui conseiller cette compilation ? Malheureusement, à part si vous êtes un grand fan de shoot’em up ou que vous souhaitiez découvrir le genre (auquel cas c’est un bon moyen), il y a peu de chances que cette compilation vous intéresse plus de quelques dizaines de minutes et ce n’est pas le prix qui convaincra (40 euros pour l’édition dématérialisée ou 60 pour la version physique) le joueur souhaitant tester ces classiques du jeu d’arcade.

Chaque jeu dans son domaine est d’une grande qualité. Cependant, le prix un peu trop prohibitif freinera sans doute ceux qui souhaitent juste s’essayer a ce genre star des années 90.

Good
  • Des univers très sympathiques
  • Le haut du panier des shooters de l'époque
  • Gunbarish très rafraichissant
Bad
  • Compilation vendue trop chère
  • Certains jeux ont pris un méchant coup de vieux
6
Juste
Written by
Bonjour à tous, je me présente Maximilien alias « Coeur De Joueur » Testeur, videotesteur et Reporter pour le site GamersNine, mais avant tout grand passionné de jeux vidéo, de manga et d’animation japonaise.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lost Password

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.